Archives
Stats du site :
Visiteurs : 126595
Aujourd'hui : 86
En ligne : 1

Résumé et résultats de Pierre Ulysse Roux et Aurélie Cambos le weekend dernier

Il y a une semaine nous arrivons tout juste sur Megève après 7h de route dans un trafic avec une clim en panne (pas simple vu la chaleur).
Et oui c’était le fameux week-end MBrace ! Le rituel depuis maintenant 4ans pour moi ! (faut vraiment aimer se faire mal) Le lendemain il doit faire beau sans pluie annoncée comme en 2016 et 2017 et les températures ne seront pas non plus caniculaire comme en 2015 (35 degrés à 2000m ça commençait à faire !) Mais avant cela fallait s’installer dans notre appartement, manger, préparer la journée du lendemain et… Essayer de dormir quelques heures !
Levé 4h45 le lendemain, je déjeune et je pars pour 5km de route pour rejoindre le départ. Le ciel est clair, le Mont Blanc commence a être éclairé par le soleil levant… Il fait doux… Ça va être bon !
Ma plaque me permet de me placer dans le sas numéro deux, cool ca bouchonnera moins.
On était 1000 à prendre le départ à 6h. Évidemment c’est une course, ça part fort ! De plus ce n’est pas n’importe quelle course. C’était une manche de coupe du monde UCI marathon, la plus dure du circuit !
Je prends le rythme ‘’marathon ultra’’, c’est-à-dire jamais se mettre dans le rouge, je pense à boire et manger régulièrement. Chose que je vais faire toute la journée pendant 12h. Tout se passe bien sur ce début de matinée. De bonnes jambes, le terrain est top, pas trop sec ni trop boueux.
Mais voilà, ça se passait surement trop bien. En bas de la première longue descente je fini avec le pneu arrière à plat. Je roule sur mon pneu dégonflé pendant 300m pour pouvoir bénéficier de l’assistance de M.Shimano sur le ravito 3. Mon préventif était totalement sec (vive la chaleur du sud) .Une chambre à air montée et les poches pleines je repars.
Un peu plus loin je croise mon assistance personnelle, Aurélie et Jonathan qui sont à bloc !
Je franchi les 70km avant midi (11h40) et ça c’était top ! Tout se passait toujours bien, je commençais à doubler les énervés du matin qui s’étaient cramés à rouler comme des « oufs ».
Deux ascensions très raides m’attendaient, je les prends calmement. Mon mono-plateau de 28 dents m’aide à tout passer sur le vélo, même les passages techniques.
Et paf ! Mon pneu arrière se (re)mets à perdre de l’air sur la fin de la première ascension, j’ai dû regonfler deux fois pour relier le passage des 100km. Trop rageant de s’arrêter pour gonfler un énorme pneu (Specialized Renegade 2.30) avec ma micro pompe de routier !
Jo et Aurélie.. Et les parents.. et mon frère sont là au passage des 100km ! Trop bon ! Pour la deuxième fois on rechange ma chambre à air (merci encore M.Shimano pour sa chambre à air).
Les 40 derniers kilomètres sont vraiment les plus cassants. Pas mal de portions très raides en monté… Les plus durs de la journée. Mais tout passe sur le vélo et je double pas mal de concurrents sur cette fin de parcourt.
Dernière descente, une tuerie ! Un monotrace dans les sapins avec de la terre meuble, en bas mon fan club m’encourage pour les 8 derniers kilomètres ! Çà booste !
Après 11h59 d’effort je franchi la ligne d’arrivée en 62eme position. Heureux d’avoir fini la course de vtt la plus difficile du monde.. Comme, je pense, les 266 finishers de cette édition !
Merci à Aurélie et Jonathan pour l’assistance au top et à la famille pour les encouragements !!
Un énorme merci à Kevin Assemat pour ses conseils et ses plans d’entrainement au top ! Un coach en or !
Et merci beaucoup à @Specialized_fr pour l’équipement, la légèreté et la géométrie de l’Epic HardTail m’ont bien aidé durant ses 12h de vélo !

Le lendemain, Aurélie prenait le départ du 50km avec 2500m de D+.
Je décide de l’accompagner sur le parcours.
Entre temps mon vélo avait encore fait des siennes (frein avant HS et fouche avec moins de pression) donc compliqué de passer partout avec un seul et unique frein arrière.
Il faisait toujours très beau, 600 coureurs au départ ce matin là.
Pas mal de poussage sur la fin de première bosse (passage très raide) . Ensuite un peu avant le passage des 30km son mal de dos commençait à ressortir, aïe!
Elle tient le coup puis la douleur s’estompe. Les dernières kilomètres sont vraiment très physique. Elle était 4eme sénior. La grande descente lui permet de passer 3 ème.
Elle fini donc 3 ème sénior femme de la MB Classic! En 5h30!
Notre ami Jonathan a cassé sa chaine et son dérailleur dans la spéciale 3. Il fini 206/300 à l’enduro.

Voilà le résumé de notre weekend dans la vallée de Megève avec une vue imprenable sur le Mont Blanc !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

2012 -  Touts droits réservés - N. Chaudier